Après 15 années passées chez le Crédit Mutuel Arkéa, la fédération du Crédit Mutuel Massif Central (CMMC) passera d’ici le 1er janvier 2019 chez l’ « ennemi » CM11-CIC.

En effet, le Crédit Mutuel est déchiré depuis plusieurs années entre deux groupes au sein même de sa Confédération Nationale, avec à l’ouest Arkéa (CM Bretagne, CM Sud-Ouest et CM Massif Central) et à l’est le géant CM11-CIC qui regroupe 11 fédérations (Centre Est Europe, Anjou, Centre, Dauphiné-Vivarais, Ile de France, Loire-Atlantique et Centre Ouest, Méditerranée, Midi-Atlantique, Normandie, Savoie-Mont-Blanc, Sud Est) et la banque CIC.

Seule la fédération Nord Europe à Lille reste « indépendante » avec des filiales en Belgique, au Luxembourg et le groupe d’asset-management La Française.

Le revirement de situation s’est déroulé en deux temps, d’abord l’élection de Frédéric Ranchon à la tête du Crédit Mutuel Massif-Central lors de l’AG, puis l’éviction de Morgan Merzin, pro-Arkéa, Directeur Général, remplacé par Jean-Pierre Babel, ex DG du CM Centre à Orléans, dans le giron du CM11-CIC…

C’en est suivie l’annonce du départ d’Arkéa pour le groupe bancaire strasbourgeois…

C’est un cas unique dans le secteur bancaire, deux groupes indépendants, avec chacun sa propre politique de développement s’affronte au sein d’une même centrale.

Normalement, les établissements bancaires mutualistes se composent de 3 strates: les caisses locales, les fédérations régionales et enfin une confédération nationale.

Mais le Crédit Mutuel a créé une strate intermédiaire: caisse fédérale.

La faute à un excès de liberté laissé aux fédérations.

Le Crédit Mutuel Centre Est Europe qui règne sur l’Alsace, la Lorraine, la Franche-Comté et une majeure partie de la Champagne-Ardenne depuis Strasbourg.

De l’autre, le Crédit Mutuel de Bretagne hyper-puissant sur son territoire.

Plutôt que d’avoir une politique commune, propre à toutes les fédérations, chacune s’est développée dans son coin, au risque de créer des doublons, voir de se concurrencer.

C’est le cas dans l’assurance entre Suravenir d’Arkea et ACM du CM11-CIC ou encore dans la banque en ligne entre le breton Fortunéo et l’Alsacien Monabanq.

On se retrouve avec deux entités totalement concurrentes, mais avec le même nom commercial, alors que Arkéa ne siège plus à la Confédération Nationale qu’il souhaite quitter.

L’antagonisme allant même jusqu’à créer un logo différent pour chacun…

En changeant de bord, le « petit » CMMC, 112 000 clients pour 34 caisses, a mis sur la table le problème et probablement que personne ne sortira de la pièce sans avoir trouvé une solution.

En rejoignant ce qui sera le CM12-CIC, le Massif-Central rejoint ses voisins de Sud-Est Lyon, Savoie-Mont-Blanc, Dauphiné-Vivarais, qui forment le territoire de l’actuelle région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les caisses fédérales:

CM11-CIC (53% des parts): 11 fédérations, Monabanq, CIC, Groupe Cofidis Participations (54,60%), groupe de presse EBRA, Espace Group (60%), NRJ Mobile…

Arkea (21,67% des parts): 3 fédérations, Fortuneo, Leetchi, Arkea Banque Privée, Suravenir, Fédéral Finance…

CM Nord Europe (8,60% des parts): 1 fédération, Beobank Belgique, Nord Europe Assurances, Asset Management groupe La Française…

Plus des fédérations plus ou moins proches du CM11-CIC: Crédit Mutuel Océan (Vendée), Crédit mutuel de Maine-Anjou, Basse-Normandie (Orne, Sarthe, Mayenne, Manche), Crédit Mutuel d’Anjou.

Le groupe Arkea peut encore espérer des « prises », alors qu’il compte dénoncer le retrait du CMMC de son périmètre, en invoquant un « putsch » du concurrent sans que le groupe de Brest n’eu son mot à dire.

 

 

 

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account