La dernière fois que le Clermont Foot 63 avait débuté une saison de Ligue 2 avec un budget de 7 000 000€ c’était en 2012/2013, 7,2M€ exactement.

Depuis, le budget du club a fondu comme neige au soleil.

Pire, l’an dernier le club du président Michy était le dernier au classement en matière financière avec 6,3M€, derrière Bourg en Bresse, Orléans ou Niort…

Pour le doyen des clubs à ce niveau, c’était un véritable camouflé.

A l’aube de cette nouvelle saison, le CF63 se présente sur la ligne de départ avec un budget de 7 000 000€ tout rond, soit 700 000€ de mieux que le précédent.

Au fil des année, Claude Michy a plutôt joué la prudence, ce qui fait de son club l’un des rares bénéficiaires du football professionnel français, et cela depuis plusieurs années maintenant:

  • 2012/2013: 7 200 000€
  • 2013/2014: 6 900 000€
  • 2014/2015: 6 800 000€
  • 2015/2016: 6 000 000€
  • 2016/2017: 6 300 000€
  • 2017/2018: 7 000 000€

Mais il ne faut pas s’y tromper, malgré cette nette hausse, le Clermont Foot reste un « petit joueur » à l’échelle de la Ligue 2:

  1. Lens 41 000 000€
  2. Auxerre 20 000 000€
  3. Lorient 18 000 000€
  4. Nancy 17 000 000€
  5. Reims 16 000 000€
  6. Sochaux 16 000 000€
  7. Le Havre 13 500 000€
  8. Brest 13 000 000€
  9. Ajaccio AC 10 700 000€
  10. Paris FC 10 500 000€
  11. Valenciennes 10 000 000€
  12. Nîmes 8 500 000€
  13. Niort 8 000 000€
  14. Tours 8 000 000€
  15. Châteauroux 8 000 000€
  16. Ajaccio GFC 7 500 000€
  17. Bourg 7 500 000€
  18. Clermont 7 000 000€
  19. Orléans 7 000 000€
  20. Quevilly-Rouen 6 100 000€

Attention, un budget n’est pas le résultat comptable.

Par exemple, lors de la saison 2015/2016, Claude Michy avait budgété 6 000 000€, hors dans le dernière rapport financier de la DNCG, le gendarme financier du foot français, disponible en ligne, on s’aperçoit que les recettes se sont montées à 7 312 000€ hors mutation.

La part la plus importante revient aux droits télé avec 4 434 000€, puis le sponsoring à hauteur de 1 479 000€ (qui comprend également des achats d’espaces et prestations de service par les collectivités, la SASP ne touchant aucune subvention).

Du côté des dépenses, la masse salariale est de loin le plus gros poste avec 5 404 000€.

On apprend également que la vente de joueurs à rapporté 1,6M€.

Alors que la majorité des clubs professionnels de Ligue 2 perdent de l’argent, -18M€ en global, le club clermontois peut se targuer d’avoir réaliser un bénéfice net de 157 000€!

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account