En 2018, le marché des vêtements d’occasion en France représentait 1 milliard d’euros de chiffres d’affaires. Ceci prouve que l’achat des habits de seconde main connait un essor fulgurant. Ce n’est plus réservé aux fashionistes en quête de pépites pour composer un look original ni aux personnes, dont le budget shopping est limité. Les enseignes, tant physiques que virtuels, commencent à s’adapter à cette nouvelle tendance. Zoom sur le sujet. 

Qu’est-ce qui explique l’essor fulgurant du marché de seconde main ?

Ce n’est plus un secret pour personne : le fast fashion fait partie des principaux facteurs de la pollution de l’environnement. Selon l’ONU, 20 % des eaux usées dans le monde proviennent en effet de la fabrication de vêtements étant donné qu’il faut 7500 litres d’eau rien que pour produire un seul jean. Par ailleurs, sur les 85 milliards d’habits fabriqués par an, des millions de tonnes sont jetés dans les décharges.

À l’ère où la lutte contre le réchauffement climatique bat son plein aux quatre coins de la planète, les grandes enseignes s’adaptent et se réinventent en prônant la mode responsable. En même temps, ceci constitue un excellent moyen de se redorer l’image.

De l’autre côté, les plateformes de vente de vêtements de seconde main sont en pleine expansion à l’exemple de Vinted qui compte 21 millions d’utilisateurs dont 12,5 millions se trouvent en France. Pour ce qui est des habits de luxe, il y a Vestiaire Collective qui compte plus de 10 000 de membres à travers les pays du monde entier. Ceci constitue une raison de plus pour les enseignes de se lancer dans la revente d’articles déjà portés pour ne pas perdre la clientèle.

Aussi, la mauvaise étiquette rattachée aux vêtements fripes n’est plus d’actualité. La vente de seconde main s’adresse désormais à tous les profils, tant aux adeptes de fast fashion que des articles ultras luxueux. 

Acheter en friperie pour avoir un style authentique

La tendance vêtements d’occasion a été tirée grâce aux millenials, c’est-à-dire les jeunes âgés entre 25 à 37 ans. Selon les chiffres, ils représentent 33 % des consommateurs d’habits de seconde main. Les moins âgés (18 à 24 ans) constituent 16 % des consommateurs. 

Qu’est-ce qui explique cet engouement en 2021 ? Tout simplement leur volonté de porter des pièces uniques, différentes de celles de la génération 2000, tout en restant « in ». Il y a en effet très peu de probabilités de croiser d’autres personnes portant les mêmes vêtements que vous si vous les avez chinés en friperie. Même si vous trouvez une personne qui porte la même pièce, vos deux styles seront totalement différents. 

S’offrir une belle expérience shopping sans y laisser toutes ses économies

S’habiller responsable, avoir un look unique sans pour autant casser sa tirelire, voilà une autre raison qui explique l’explosion de ce nouveau mode de shopping. Qui dit en effet vêtements déjà portés dits prix soldés. Certes, le prix des pièces luxueuses de grandes marques sera un peu plus élevé, mais toujours est-il que c’est plus bas que le prix d’origine. Acheter les vêtements de seconde main réduit également les risques de regrets si, finalement, les pièces achetées ne vous conviennent pas.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account