riches familles du département du Puy de Dôme

Les riches familles du département du Puy de Dôme sont extrêmement discrètes. Pas de strass et paillettes, ici on n’affiche pas sa réussite outrageusement.

Des riches familles du département du Puy de Dôme… mais surtout discrètes

Loin du bling-bling parisien, les riches familles locales vivent en toute discrétion, à la façon d’un auvergnat.

Et ce n’est pas un cliché, prenez la famille Michelin, pourtant à la tête du leader mondial du pneumatique, avec un chiffre d’affaire de plus de 21 milliards d’euros.

Certes, la famille Michelin est de loin la plus fortunée du département (et même de l’ex-région Auvergne), logique pour la première entreprise en capitalisation de toute la grande région Auvergne-Rhône-Alpes.

Mais le montant n’est pas faramineux, comparer à l’argent « amassé » par d’autres grandes familles françaises, ou même par rapport à certains tycoons, rois du capital-investissement.

Une discrétion légendaire qui ferait oublier que la famille Michelin possède environ 12% du capital du mastodonte français.

Mais qu’on se rassure (ou pas), nos champions locaux sont loin, très loin, de la famille la plus riche de France, la famille Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH avec 72 milliards d’euros (72 000 000 000€) de fortune estimée.

5/ La Famille Omerin

Basée à Ambert, l’entreprise Omerin SA est depuis toujours dirigée par un membre de la famille éponyme.

C’est aujourd’hui Xavier Omerin qui tient les reines de l’entreprise de câble de haute technologie.

Une saga familiale qui débute en 1906 avec le premier Omerin, Jacques de son prénom.

Puis , c’est au tour de Michel de reprendre les commandes de l’entreprise, avec un appétit prononcé pour la recherche et le développement.

Xavier Omerin, actuel PDG, arrive aux manettes en 1959, perpétuant la tradition en matière d’innovation, mais en accentuant le développement par croissance externe.

Sous sa direction, le groupe Omerin mettra la main sur plusieurs entreprises du secteur.

Au final, Omerin génère un CA annuel de 123 000 000€.

Comme Michelin, c’est une holding familiale qui chapeaute l’ensemble, Omerin Câbles.

Le patrimoine de la famille Omerin est estimé selon Challenges à 225M€. Mieux par exemple que Olivier Ginon, président-fondateur de GL Events, et propriétaire du LOU Rugby, avec 160M€.

4/ La famille Kléboth

C’est un fleuron de l’industrie du commerce auvergnat, Babou.

Le géant du discount basé à Cournon d’Auvergne, et fondé en 1978 par René Kléboth,  vient d’être vendu à un autre géant, anglais celui la.

Ce qui devrait changer la donne au niveau de la famille Kléboth en 2019.

Car en Novembre 2018 encore, Sylvie Kléboth était à la tête de Paminvest, la holding de tête de la SAS Babou.

Concrètement, Paminvest est actionnaire majoritaire de la société anonyme Babou qui exploite les 100 magasins de l’enseigne.

Babou est, avec Besson Chaussures, racheté par Gifi le concurrent direct de Babou, une véritable succes-story à l’auvergnate.

Depuis le rachat par le britannique B&M European Retail, c’est le duo Cédric Mahieu (président) et Emmanuel Forgeot d’Arc (Directeur Général) qui ont pris les commandes de la SAS Babou (B&M Retail France) en lieu et place de Thierry Morter (Président de Taurus Gestion Privée par ailleurs).

En 2018, la fortune de la famille Kléboth est estimée à 300M€, soit à la 292 place au niveau national.

3/ Famille Chibret

Qui ne connait pas la famille Chibret?

Un nom qui rythme avec les  Laboratoires, longtemps installés 200 boulevard Etienne Clémentel à Clermont-Ferrand, en face du Auchan Nord, et aujourd’hui le complexe Val Arena et le cinéma CGR.

En revanche, le site de Riom Mirabel est toujours opérationnel.

C’est Paul Chibret qui débuta l’aventure en 1870, alors médecin de l’armé, pour soigner un trachome qui aurait pu le rendre aveugle.

Depuis, le syndrome de l’ophtalmologie n’a plus jamais quitté la famille.

1902, création des Laboratoires Chibret à Clermont-Ferrand, puis vente à Merck en 1969 par jean.

En 1974, Jacques fonda l’entreprise Biophysie, tandis que Henri créa la société Transphyto 4 ans plus tard.

En 1996, Henri Chibret lança Théa, qui est devenu depuis le numéro 7 mondial des laboratoires ophtalmologiques et le 6ème au niveau européen.

2008, Jean-Frédéric Chibret prend les reines de l’entreprise familiale, tandis que Henri dirige encore aujourd’hui la holding du groupe. Sa sœur, Françoise, préside le conseil de surveillance.

Le groupe Théa réalise aujourd’hui un chiffre d’affaire de 465M€, qui permet à la famille Chibret d’afficher un patrimoine estimé à 700M€.

2/ La famille Duval

Si elle n’est pas vraiment originaire de la région, la famille Duval doit beaucoup à notre département, et notamment aux Ancizes. A l’inverse, avec des sites de productions dans les Combrailles, à Issoire et Clermont-La Pardieu, le Puy de Dôme doit également beaucoup à cette grande famille industrielle.

Car on ne le sait pas toujours, mais le siège social de l’entreprise Aubert et Duval est installé dans la zone de La Pardieu à Clermont-Ferrand. Aussi, le site des Ancizes est le plus gros du groupe avec près de 1500 salariés.

Depuis 1999, la société est intégrée au groupe ERAMET, multinationale de 3,7 milliards d’euros de chiffre d’affaire dont la famille Duval possède 37% du capital.

Ce qui permet à la famille Duval d’afficher un joli patrimoine estimé à 1,4 milliard d’euros.

1/ la famille Michelin

Pas besoin de présenter la famille Michelin? Leur nom s’affiche fièrement partout à Clermont-Ferrand.

C’est au cœur de l’Auvergne rurale que les frères André et Edouard.

On ne va pas refaire l’histoire de cette saga familiale, même si elle mérite un véritable respect.

Aujourd’hui, Michelin est une multinationale qui est présente dans le monde entier, qui compte quelque 125 000 salariés et qui pèse 21 milliards d’euros de chiffre d’affaire.

Si la famille Michelin est, avec 1,6 milliard d’euros, en tête de ce classement, c’est principalement grâce aux parts qu’elle détient dans l’entreprise de Bibendum.

Elle représente quelque 1000 héritiers, qui ne sont pas tous logés à la même enseigne évidemment.

Michel Rollier par exemple, totalise 24 392 actions à lui seul.

1 600 000 000 divisé par 1000 héritiers, ce qui donne environ 1,6M€ par personne.

110 actionnaires familiaux se sont réuni autour d’une même holding, Mage Invest, qui pèse 4% du capital de l’entreprise, présidée par Vincent Montagne.

Il espère attirer 250 « Michelin » supplémentaire pour porter à 8% le poids de la holding.

On peut estimer que l’ensemble des actionnaires familiaux représentent environ 12% du capital de l’entreprise.

D’autant que l’entreprise familiale est protégée par son « statut »de société en commandite, dont la SAGES (Société Auxiliaire de gestion) représente les intérêts des « Michelin ». Alors que depuis le départ de Michel Rollier en 2012, ce n’est plus un membre de la famille qui est à la tête du géant français du pneu, en l’occurrence Jean-Dominique Sénard.

Une situation qui perdurera, puisque c’est Florent Menegaux qui prendra la suite en 2019.

 

Pour conclure, nos champions locaux, sont certes riches, mais surtout extrêmement discrets et modestes malgré leurs moyens nettement au dessus de la moyenne.

Par exemple, et pour rester dans l’univers du rugby si cher à notre territoire, Mohed Altrad, le président-fondateur du groupe éponyme et propriétaire du Montpellier Hérault Rugby, culmine à 3,3 milliards d’euros…

riches familles du département du Puy de Dôme

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account