C’est une excellente nouvelle pour notre département du Puy de Dôme, la population augmente de manière significative pour la période 2011-2015.

Plus 15 231 puydômois entre 2014 et 2019

L’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) a dévoilé les chiffres du recensement pour la période allant de 2011 à 2015.

Et il faut bien le dire, le département du Puy de Dôme a de quoi se réjouir, puisque la population a très nettement augmenté durant cette période.

En effet, pas de 15 231 habitants en plus en 4 ans, principalement dans l’agglomération clermontoise.

L’arrondissement de Clermont-Ferrand concentre près de 50% de la population totale du département.

Le 63 arrive en 5ème position de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes avec 650 700 habitants contre 635 469 auparavant (janvier 2011), derrière le Rhône/Lyon avec 1 800 000 habitants, l’Isère 1 200 000, la Haute-Savoie avec 800 000 habitants, et la Loire et ses 760 000 habitants. Juste devant l’Ain et ses 638 000 âmes et les 508 000 drômois.

Le Puy de Dôme à la 5ème place de la région AURA

D’ailleurs, la région AURA est classée deuxième de France avec 7 916 889 habitants, logiquement derrière la région Ile de France (12 000 000 hab).

Au delà des chiffres, la population municipale est particulièrement importante pour les communes françaises.

Ces populations officielles entrent en vigueur au 1ᵉʳ janvier 2019.

Suivant la population, certaines aides de l’état seront plus importantes.

A un peu plus d’un an des élections municipales, et communautaires, la population peut également impacter le nombre d’élu(e)s présents, ainsi que le mode de scrutin.

C’est aussi la population municipale qui détermine le nombre de … pharmacies.

Le recensement sert également à déterminer les besoins en équipements publics comme les écoles, les CCAS, les hôpitaux…etc.

Mais cette augmentation n’est pas homogène sur tout le territoire départemental.

Les arrondissements ont également évolué ces dernières années, au profit de la réforme territoriale.

Ainsi, l’arrondissement de Clermont-Ferrand est passé de 119 à 75 communes, et sa population de 370 000 à 354 048 habitants.

Cournon, passe la barre des 20 000 habitants

Cette évolution de la population est particulièrement visible sur les villes, comme Cournon qui dépasse pour la première fois de son histoire les 20 000 habitants!

Avec 20 533 personnes exactement sur son territoire, contre 19 502 lors du recensement de 2014, elle est la deuxième commune du département et de Clermont Auvergne Métropole, loin derrière Clermont-Fd qui compte 146 112 habitants (+1.298) .

Riom, la sous-préfecture, est pas loin de passer également la barre symbolique des 20 000 avec 19 905 habitants contre 19 000 5 ans plus tôt.

Issoire, dépasse les 15 000 âmes, avec 15 193 issoiriens exactement, soit une augmentation de 567 en cinq ans.

Il y a des gagnants, mais il y a aussi des perdants.

C’est notamment le cas de Chamalières, qui passe de 18 103 à 17 999 habitants, passant ainsi sous la barre des 18 000. Mais reste malgré tout la 3ème commune de Clermont Auvergne Métropole.

Beaumont, qui malgré une légère augmentation de sa population, de 11 191 habitants à 11 221, cède sa place de 4ème au profit de Pont du Château avec ses 11 473 habitants. Il faut dire que la place manque sur la commune des bords de l’Artière.

10 communes de plus de 10 000 âmes

Le Puy de Dôme compte 10 communes à plus de 10 000 habitants (contre 9 en 2014), puisque Aubière passe de 9 676 à 10 341 aubièrois sur cette période.

Bonne nouvelle pour Thiers, qui gagne 480 habitants, et repasse au dessus des 12 000.

Les 10 communes de + de 10 000 habitants sont donc Clermont-Fd, Cournon d’Auvergne, Riom, Chamalières, Issoire, Thiers, Pont du Château, Beaumont, Gerzat et Aubière.

7 communes sur les 10 font parties de la métropole clermontoise…

Une disparité des variations dans le Puy de Dôme

Mais d’autres communes connaissent une évolution positive de leur population, c’est notamment le cas de Vic le Comte et Lezoux. La premier passe le cap des 5000 habitants (5181), et la seconde celui des 6000 (6161).

Entraîné par la dynamique thiernoise, Puy-Guillaume et Maringues progressent fortement, respectivement +128 et +355.

En revanche, si Riom connait un résultat positif, les communes de Châtel-Guyon et Volvic baissent légèrement.

Le cas d’Ambert est plus « inquiétant », avec une baisse de 251 habitants qui la fait passer sous les 7000.

Concrètement, les Combrailles, excepté Saint-Elou-les-Mines (+146 à 3940 habitants), le Livradois, le Sancy connaissent une érosion de la population.

Alors que l’axe Issoire/Clermont/Riom et Thiers sont dans une dynamique de hausse.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account